Road Trip au Pays de Galles - Part 2

Besoin de reprendre depuis le début ? Retrouvez ici la partie 1 du Road Trip au Pays de Galles.

Jour 4

LE SUD DE SNOWDONIA

De nouveau sur la route, on parcours la campagne Galloise. Le paysage se décompose et se recompose de façon à ne jamais nous laisser indifférent. Les hautes montagnes se délaissent pour des vallées vertes, là où les moutons semblent profiter d’une vie dénuée d’agitation. La conduite à gauche devient instinctive, ce qui est rassurant pour Ludovic.
On entame immédiatement l’exploration des environs, en quête de panoramas, et c’est à Bwich Nant Yr Arian que notre marche démarre. Aucun but à atteindre, si ce n’est la volonté de se plonger à corps perdu dans l’âme du pays et s’immiscer un peu plus profondément dans ce que ces terres peuvent offrir. Un ciel chargé nous accompagne, prêt à en découdre avec la terre en l’inondant de son déluge. Entre le deux éléments, on s’incline non sans admiration et on enjambe quelques barrières pour se délaisser de quelconques regrets. On ne veut rien rater.

maison pays de galles

Bwich Nant Yr Arian

Bwich Nant Yr Arian

Bwich Nant Yr Arian

Bwich Nant Yr Arian

Les jambes s’épuisent sur le dos des touffes gorgées d’eau, nous enfonçant perpétuellement dans leurs prises boueuses. Ce qui est réconfortant pour nous, c’est la nuit tranquille du soir qui nous attend. L’Hafod Hotel est un luxe qui ne se refuse pas. Situé à quelques pas de la cascade Devil’s Bridge, au creux d’une vallée, il s’intègre dans l’architecture galloise entrevue jusqu’ici. Y trouver un peu de repos apporte un sentiment indéniablement apaisant.

Jour 5

LA CÔTE GALLOISE

C’est avec tristesse que l’on quitte la montagne. Rien de décevant, c’est la simple émotion que je ressens à chaque fois que je dois la laisser.
On dévale une nouvelle fois l’asphalte vers le sud et l’objectif de la journée c’est la côte du Pays de Galles, dans le Pembrokeshire. Le programme est simple aujourd’hui : une session de coasteering nous attend et le reste du temps est consacré à l’exploration de la région.
Le coasteering ? C’est l’exploration du littéral accompagné d’un guide (de la même façon que le canyoning). Ludovic n’est pas à l’aise avec l’idée de sauter d’une falaise et de nager à travers la roche, il va donc nous suivre à pied et je le laisse prendre quelques photos. Finalement, la session est sympathique. C’est un excellent moyen de découvrir la côte sauvage avec facilité. En groupe de 5/6 personnes, on se laisse accompagner par le guide qui nous emmène à travers les formations rocheuses. Au fil de l’exploration, on se laisse happer par une cave : à l’intérieur, un jet de lumière transperce l’air, laissant la poussière virevolter dans le vide. Une certaine poésie opère ici.
Malheureusement, aucune photo ne peut attester de ce moment puisque je n’avais pas de caméra à disposition… 

coasteering

On a encore quelques heures devant nous pour profiter de cette journée ensoleillée (et oui, il semblerait qu’il arrive que le temps ne soit pas toujours pluvieux ici !). C’est Strumble Head qui attire notre curiosité. Un phare blanc perché sur une île, le regard vers le lointain. Arrivés sur place, on rencontre un vidéaste, un anglais et un gallois. Une fois de plus, la gentillesse des gens, même de différents horizons, nous laisse béat tant on apprécie ces contacts.
Le soleil entame sa lente descente et matérialise avec du magenta un sentiment d’abandon qui nous dirige droit vers un état de bien-être. Comme une douce mélodie suspendue dans l’air l’espace d’un instant, à laquelle on peut s’accrocher.

strumble head lighthouse

Environ 1h de route nous sépare de notre hébergement. L’Emlyn Hotel se situe en plein coeur de Newcastle Emlyn ce qui nous convainc à vagabonder dans les rues de cette charmante ville, mais le sommeil nous tire rapidement vers ses limbes, nous laissant aucun autre choix que de rejoindre notre chambre.

Jour 6

BRECON BEACONS

L’acte final du voyage est déjà amorcé. On savoure les derniers instants d’une matinée à l’hôtel, on avale un solide petit déjeuner puis on dévale l’asphalte. La voiture fonce vers Brecon Beacons et on maintient l’espoir de s’émerveiller sur les hauteurs de Pen y Fan.
La route qui mène au départ de la randonnée est étriquée au possible. Elle transperce la campagne galloise de bout en bout, certaine courbe se voûte avec élégance, d’autre avec dangerosité. Un camion qui déboule en face et le choc peut-être inévitable. On évite passablement chaque véhicule jusqu’à arriver sain et sauf au parking (matérialisé en bordure de chemin de terre).  Il nous faut environ 3h pour arriver au sommet et une heure de plus pour passer d’un bout à l’autre de la montagne. L’expérience est lunaire tant la roche environnante s’étire pour laisser apparaître une forme lisse et soyeuse dénuée de végétation. Encore une fois le Pays de Galles surprend.

brecon beacons

brecon beacons pen y fan

Il est seulement 14h quand on atteint le toit de Brecon Beacons et on ne peut évidemment pas repartir sans jouir d’un tableau nuancé par les couleurs du soir. Alors on s’allonge dans l’herbe et on attend. La brise du vent nous berce et les moutons qui se délectent de cette vie paisible seront nos seuls compagnons pour le reste de la journée. Le soir venu, les couleurs éclatent et composent un nouveau dessin transformant littéralement Brecon Beacons.

brecon beacons

brecon beacons

Comme à notre habitude, on redescend à la nuit tombée avant de reprendre la route. Le soir, on loge à Cardiff et le choc est trop intense pour nous. Toute l’urbanisation fuit jusqu’ici se condensent en un lieu. Bien heureusement, après une nuit confortable à l’hôtel Park Inn, le matin révèle une autre saveur. En déambulant dans les rues, on retrouve rapidement la tranquillité et le charme qui composent les villes galloises. Un charme qui ne laisse pas de marbre.

Surprenant et authentique. Je crois que c’est la meilleure façon de définir le Pays de Galles, même s’il est bien plus que cela. Ce voyage m’a simplement ouvert les yeux sur un pays que je ne connaissais pas et qui mérite toute notre attention. Ce road trip, c’était aussi l’occasion de partager la route avec Ludovic, un photographe que je ne connaissais pas avant le périple et avec qui j’ai partagé d’excellents moments. Ça me réconforte une fois de plus dans mon idée que le voyage à deux est ce qui a de plus réjouissant tant la communication est facile et enrichissante. 

2 Comments

  • Terrier Eloïse

    Encore de super photos! wow Brecon Beacons est vraiment surprenant!! Le pays de Galles tout entier j’ai l’impression!!
    Quelle est la prochaine destination? Y as-tu déjà songé où es-tu encore là-bas? :)

Poster un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :