Week-end avec l'UCPA à Val Thorens

Je viens de passer 4 jours dingues à Val Thorens, au sein de l’UCPA, L’Union Nationale des Centres Sportifs de Plein Air. On était conviés par l’organisme lui-même pour retrouver les joies de la neige, que je n’ai pas revue depuis le début d’année, et se jeter dans la folie revigorante d’une station. Entre sensations fortes et convivialité.
Voici le récit de ce week-end.

L’ARRIVÉE

Dès les premiers instants du séjour, le froid mordant du mois de décembre s’est abattu sur nous, mais l’équipe et moi-même étions sur-motivés, prêts à l’affronter, à chausser nos skis et à dévaler furieusement les pistes.
Je dépose mes sacs à la chambre qui m’est donnée pour ces 3 prochains jours. Je dispose d’une fenêtre, ouverte sur une partie de Val Thorens. Dans son enchâssure on distingue un colosse rocheux enveloppé par un manteau de neige épais et éclairé par le ciel rayonnant.  À cette altitude, aucun arbre ne survit, les terres sont dépouillées de la végétation qui tente habituellement d’approprier chaque parcelle du paysage.

La première soirée est dédiée à la rencontre, à faire connaissance avec l’équipe que j’accompagne, avec qui les moments seront partagés.
Exténué, je me laisse tomber dans les limbes du sommeil. Demain la journée sera dense.

ucpa val thorens

val thorens

INITIATION À LA SÉCURITÉ EN MONTAGNE

DVA, avalanche, secourisme, hors piste… Ces quelques mots définissent la matinée. Une fois les skis chaussés et les orteils compressés, nous suivons 2 guides qui nous apprennent les rudiments d’un secours en montagne, notamment en cas de personne ensevelit après une avalanche.
Il m’est parfois difficile de les suivre, la neige se dérobe sous mes skis, me balançant de gauche à droite sans que je puisse avoir le moindre contrôle sur mes mouvements. Un an et demi que je n’ai pas skié, l’adaptation est assez longue. Quand bien même, j’écoute les précieux conseils donnés, et surtout, la montagne. On comprend rapidement que connaître son environnement diminue sa peur de l’inconnu, mais que l’humilité est une qualité obligatoire pour survivre. Ne pas sous-estimer la montagne, ni vous sur-estimer. La nature a de grandes leçons à donner, l’écouter vous pousse à rester humble face à sa grandeur. La montagne est certainement le milieu le plus hostile pour l’homme, l’hiver pétrifie la vie et si par mégarde vous tombez dans ses bras, piégés entre ses murs blancs, vos chances d’en sortir sont faibles. Personne n’est immortel, ni imbattable, encore moins lorsque la terre mère a décidé de vous malmener, de dominer tous les êtres, dans un élan puissant, dans une démonstration de force incommensurable. Le DVA, Détecteur de Victimes d’Avalanche, représente votre mince espoir de vous retrouver intact, mais seulement 15min vous sépare de l’irréparable.
Une matinée riche en leçons.

val thorens

val thorens

val thorens

GRIMPER, SKIER, TOMBER, REMONTER

Évidemment, venir à l’UCPA c’est avant tout se jeter sur les pistes corps et âme, seul ou à plusieurs, en haut ou en bas. J’ai choisi la voie de la solitude pour le ski et du partage pour le reste du temps.
Ma seule ambition est de grimper puis dévaler. Là-haut, pas un oiseau ne crie. L’air balaye les flocons de la surface et quelques silhouettes sombres dévalent les parois laiteuses. Je reste seul dans cette immensité, il fait bon, -5 °C, je dévale tranquillement la crème blanche, étalée par le ciel ce matin. Je suis sur le toit du monde, à niveau égal de l’horizon, coloré par les derniers instants du soleil, et j’aperçois la station couverte par le linceul de nuages,.
À chaque mètre parcouru, l’obscurité envahit la montagne, éteignant les pistes, jusqu’à ce que je me faufile sous les spots de Val Thorens, signant la fin de l’excursion.
La douche qui suit est le réconfort que j’attendais, mon corps me remercie pour cette douceur et celle qui suit.

week end ski val thorens

week end ski val thorens

val thorens

val thorens

week end ski val thorens

Je rejoins le reste de l’équipe et on s’en va manger en ville. Autour d’une grande tablée, les esprits s’apprivoisent, le processus étant déjà bien entamé, les rires sincères peuvent éclater. C’est indéniable, j’apprécie chaque instant avec les gens autour de moi, ami(e)s, famille, nouvelles rencontres, etc. que lorsque j’ai passé suffisamment de temps seul, en tête à tête avec moi-même. J’ai toujours eu la forte conviction qu’apprécier la vie seul était inéluctable si on veut aimer la compagnie. Être heureux seul puis donner aux autres. C’est gagnant gagnant.

JEU DE PISTE ET DERNIERS INSTANTS

Quelle surprise ! Le matin de notre dernière journée à l’UCPA on nous annonce un Escape Game organisé dans toute la station ! Imaginé par Robin, notre accompagnateur, les énigmes sont réglées comme une horloge, l’enchainement est fluide, le parcours entre le centre de l’organisme et les pistes de ski est quasi millimétré, jusqu’au final, où la récompense est à la hauteur de la qualité du jeu.
La surprise de ce week-end.

Dernière soirée, déjà. Nous sommes réunis au centre de l’UCPA, autour d’un verre et d’un jeu de société. La conclusion doit se faire à plusieurs, avec tout le monde, pour que l’esprit convivial qui planait au dessus de nous depuis le début tombe délibérément et marque nos mémoires. Il faut que notre dernier souvenir de ces 3 jours se caractérise par le partage et les rires.
Les moments heureux vécus à plusieurs sont une bénédictions accessibles pour celui qui s’ouvre aux autres, le silence de la solitude est une denrée qui devient rare. Allier les deux permet d’atteindre le bonheur tant convoité.

Vidéo réalisée et montée par D.M.ovie Prod :

 

Mes stories Instagram du week-end :

 

INFOS PRATIQUES


Site de l’UCPA : https://www.ucpa.com/ 

Chambres de 4 ou 2 personnes
> Buffet à volonté matin, midi et soir
> Location du matériels de ski directement depuis le centre

week end ski val thorens

Poster un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :