L'instant Présent avec la Photo Animalière

À mesure que le temps passe, le passé s’effrite et le futur n’occupe plus une place très importante dans mon esprit. À quoi bon ressasser ou se projeter vers l’inexistant ? L’incertitude de “l’après” semble pourtant créer un malaise collectif alors qu’il est possible d’occuper le temps présent. Je tente l’expérience chaque jour depuis le début du confinement en jouant au jeu de la nature – le crépuscule, l’aube, une brise printanière, la fuite des pétales en forêt, et parfois, une rencontre sauvage – la poésie s’immisce partout tant que l’on s’y attarde. Hier, j’ai aperçu une chouette – elle était agrippée sur le poteau d’une clôture – et quelques minutes plus tôt, un chevreuil à la lisière d’un bois. Renoncer au présent, c’est renoncer à ces moments de grâce, aussi bien en nature que partout ailleurs.
Comment vivez-vous l’instant présent ?

Voilà 1 mois et demi que je n’avais plus d’inspiration, confinement oblige, je ne savais plus quoi filmer, ni quoi raconter. Et puis un soir, alors que je me baladais dans le champ derrière chez moi, j’ai croisé un chevreuil. Une rencontre inattendue qui a ravivé la flamme en moi, me rappelant pourquoi je fais ça : prouver au monde que la beauté de la nature est infinie et que l’on a besoin, je crois, d’une vie plus simple pour être heureux.
Un message que je porte finalement depuis toujours, et notamment ici-même, sur ce blog, mais que j’ai parfois tendance à oublier quand un événement extérieur chamboule mes habitudes. La nature elle-même est là pour me rappeler l’essentiel.

Poster un commentaire