ROAD TRIP USA PART. 1 • DÉPART POUR L’OUEST AMÉRICAIN

3 semaines… 3 semaines de road trip à travers l’ouest américain. Voilà ce qui nous attendait dans cette partie du monde qui me fascine depuis ma plus tendre enfance.
Ce voyage, j’allais le faire avec Melvin Le Breton, un ami de classe avec qui j’ai partagé 3 ans d’études. Après l’obtention de notre Master, nous avions la folle envie de réaliser un beau voyage.
Alors pourquoi l’ouest américain ? Et bien, pour plusieurs éléments : le Far West, le désert, les indiens, les montagnes, les lacs, les forêts, les routes qui s’étendent à l’infini, les ours, les américains, le pacifique, le country… bref, tout ce condensé qui caractérise si bien les Etats-Unis et qui m’émerveille.

 

DE PARIS À LOS ANGELES

Los Angeles

Samedi 3 septembre, au départ de Paris, 15h de voyage nous attend avec une escale à Montréal. Autant dire que je me suis blindé en romans et en playlists musicales, tout en espérant avoir accès à de nombreux bons films dans l’avion.
Le trajet est agréable, je me plonge à nouveau dans un livre de Franck Thilliez – définitivement l’un de mes auteurs favoris – avant que l’excitation monte subitement lorsque l’on survole Las Vegas. On aperçoit les rues très illuminées de la ville construite en plein désert. Puis arrive le tour de Los Angeles, connu entre autre pour être la cité la plus vaste du monde. Le choque de voir une telle étendue en dessous de moi est immense.
Arrivés à 22h, on commande un Uber avant de rejoindre notre motel situé à Lynwood, dans le comté de Los Angeles. Google Map indique notre proximité avec la ville de Compton, célèbre pour avoir vu naître l’icône du rap Dr Dre. Le quartier n’est pas très rassurant mais bien heureusement, on y reste qu’une nuit.
Le décalage horaire est difficile à assumer – 9h de moins par rapport à notre fuseau horaire, ça se ressent. On se réveille vers 3h30 du matin en pleine forme et on compte les heures avant le lever du soleil. Au réveil, on plie bagage avant de commander un Uber en direction de notre Air Bnb du soir afin d’y déposer nos sacs.

 

DÉCOUVERTE DE LA CITÉ DES ANGES

Notre premier choix se porte sur Hollywood. Etant un amoureux du cinéma – même si celui de cette industrie ne me plaie guère – je me devais de passer par ce quartier. Malheureusement, la déception est totale : Hollywood est gorgé de touristes, n’a clairement aucun charme, des boutiques de souvenirs envahissent le boulevard, on est accostés de toute part pour se faire dépouiller de nos quelques dollars… Bref, tout nous incite à quitter la rue.
On continue à pied en direction de Beverly Hills en passant par Sunset Boulevard et le Rainbow Bar : le QG de Lemmy du groupe Motörhead (R.I.P…).

Rainbow Bar Los Angeles
On déambule à travers les rues pour s’imprégner de l’ambiance de Los Angeles. On arpente quelques résidences de Beverly Hills et un fort sentiment d’abandon nous envahit : bien que magnifiques, les maisons semblent toutes vides. 2, 3 voitures de luxes sont garées aux entrées de chaque maison, mais aucune âme ne semble y vivre. Les richissimes propriétaires ont sûrement plusieurs propriétés.

Beverly Hills

Beverly Hills
On repasse par Sunset Boulevard puis Hollywood Boulevard pour se diriger vers Griffith Park et son observatoire. Après 2h de marche et un final en pente raide, très raide, la vue depuis l’observatoire est saisissante et valait clairement le coup. Le gigantisme de Los Angeles s’offre une fois de plus à nous.
On profite d’un moment de détente en attendant le coucher de soleil avant de redescendre et rejoindre notre Air BNB. Au total, on a parcouru plus de 25km à pied. Je n’ai pas besoin de préciser que l’on a pas fait long feu le soir…

Panneau Hollywood

Los Angeles

Los Angeles coucher de soleil

Griffith Park

VERS LE DÉSERT DU NEVADA : DEATH VALLEY & VILLES FANTÔMES

Le lundi, il est temps de récupérer la voiture de location avant de voler de nos propres ailes. Notre première étape sera la Death Valley.
Sur la route, on se pose sur une aire de repos entre la Californie et le Nevada pour y passer la nuit. Conclusion : la voiture est confortable. Plutôt bon signe pour la suite du voyage !
Le lendemain, à peine debout, on retrouve l’asphalte. Le désert commence à dévoiler petit à petit toute son étendue et son aridité. Les habitations s’évaporent, les conducteurs se font rares, les stations essences deviennent inexistantes et les routes s’allongent. C’est magnifique et c’est exactement ce qu’on attendait d’un désert de l’ouest américain.

Désert du Nevada

road trip USA

road trip USA
Notre premier stop de la Death Valley est Badwater. Un désert de sel écrasé par la chaleur. Le panneau à l’entrée nous donne des consignes pour rester en vie : la température peut grimper jusqu’à 56 degrés celsius et l’absence d’eau peut être fatal. Ça donne le ton !
Le paysage est unique et le silence de mort qui y règne nous captive.

Vallée de la mort

badwater

Badwater
On continue la route pour se lancer dans une petite randonnée à travers un canyon non loin de Badwater. J’insiste sur « petite randonnée » car le soleil était bien trop persistant et sa rapide montée vers le zénith amplifiait considérablement notre déshydratation et nous épuisait. Sur le chemin, on rencontre une jeune thaïlandaise venue visiter le coin avec qui on sympathise. J’ai du animer la conversation car Melvin et l’anglais ça fait 4 ;-) (il m’avait prévenu !).
« Red Cathedral » est le but de cette randonnée. Au cours de la marche, j’ai le fort sentiment de me retrouver au coeur du film « La colline à des yeux ». Plutôt inquiétant mais je dois vous avouer que j’ai toujours apprécié ces atmosphères particulières.

Red Cathedral Death Valley

Red Cathedral Death Valley

Red Cathedral Death Valley

Death Valley national park
Après un rapide retour et plusieurs bouteilles d’eaux descendues, on se dirige vers Zabriskie Point, un superbe point de vue sur la Vallée de la Mort.

Zabriskie Point
On avale un Subway à Beatty avant de prendre la direction de Gold Point : un village fantôme abandonné dans les années 60s.

La route qui nous mène à Gold Point semble tirée d’une fiction post-apocalyptique. L’horizon disperse ses montagnes hallucinées, brouillées par un mirage supérieur. Des herbes mortes jonchent les plaines, le soleil affirme sa pleine puissance et le vent semble absent de la surface de la terre.
Kilomètres après kilomètres, la ville fantôme commence à dévoiler ses formes mystiques. Des formes en bois bloquées dans le passé, à une époque où le temps semble s’être brisé, s’entassent sur le sable. Tout est abandonné et laissé en l’état après la disparition soudaine des habitants.
Seul le grincement des éoliennes de pompages nous accompagne dans cette étrange exploration qui nous rappelle furieusement la fabuleuse épopée de la ruée vers l’or.
Saisissant.

Gold Point USA

Gold Point Nevada

Gold Point Nevada

Gold Point Nevada

Gold Point ville fantôme

Gold point Nevada

Gold Point Nevada

Ville fantôme Nevada

Vous l’avez compris, ce passage à Gold Point nous a emmené au coeur de l’ouest américain, au plus profond de son âme. C’était l’un de mes objectifs et il a été rempli avec succès !
Notre périple se poursuit. On s’arrête dans un second village fantôme, moins impressionnant, mais son casino et sa banque désertés, chargés d’histoires, restent vibrants.

Ville fantôme Nevada

Ville fantôme Nevada

ville fantôme Nevada
La nuit tombe, on s’arrête à nouveau dormir sur une aire d’autoroute.

 

RED ROCK CANYON

Le réveil vers 6h est déjà devenu routinier. Le rythme acquis nous satisfait – on se couche à la tombée de la nuit et le réveille se fait au crépuscule du matin.
La direction que l’on prend nous mène droit vers Las Vegas. Mais avant d’entamer la visite du Strip, on souhaite parcourir le parc de Red Rock Canyon. Ne souhaitant pas payer à chaque entrée d’un parc national, on décide d’acheter le pass  » America The Beautiful ». Il coûte 80 dollars par voiture – à deux, nous divisons donc le prix – et permet l’accès à tous les parcs nationaux du pays. Une vraie économie d’argent non négligeable !
Passé l’entrée, on entame la première randonnée de la journée à travers la roche rouge qui caractérise ce canyon. On s’amuse à grimper les rochers qui font 30 fois notre taille jusqu’à atteindre un point de vue sur la vallée, non fréquenté par la foule de touristes.
L’exploration du parc sera marqué par plusieurs petites randonnées. En effet, le tour de Red Rock Canyon se fait obligatoirement en voiture et quelques arrêts nous permettent de s’arrêter et d’entamer une balade.

Red Rock Canyon

Red Rock Canyon

Red Rock Canyon

Red Rock Canyon

Je vous donne désormais rendez-vous au prochain article pour découvrir la suite de ce road trip USA. Au programme du prochain article : Las Vegas, le Grand Canyon, Monument Valley et plus encore ! ;-)

 

7 Comments

  • Tanguy NICOLAS

    Super cool comme récit !
    Ça donne de très bonnes idées pour un futur voyage. Dommage que Los Angeles soit si peu attrayant…
    Vivement la suite alors. ;)

    • hugolebeller

      Au premier abord, effectivement Los Angeles est peu attrayant. Mais à notre retour, avant de prendre l’avion, on est passé par Venice Beach et on a franchement aimé. J’en parlerai dans le dernier article ;)

  • Aurore

    Magnifique, tu nous retranscris tes sensations à merveille ! Et les photos, vraiment sublimes !!

  • […] La première partie du road trip USA s’est achevée sur l’exploration de Red Rock Canyon. Une randonnée à travers la roche rouge marquée par un soleil de plomb au meilleur de sa forme. Nous voilà de retour pour la suite du voyage. Il est midi et notre prochaine destination sera la ville de la démesure, de l’extravagance, du kitch, j’ai nommé bien sûr… […]

  • Mira Sorviana

    Je découvre votre blog, c’est magnifique. Merci pour ce partage, l’itinéraire est noté dans mes “trucs à faire”. (très belles photos aussi, bravo).

Poster un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :