Automne et Hiver en Californie

Contexte du voyage

3 mois de voyage en solitaire dans l’ouest américain, voilà le long périple que j’ai démarré en octobre 2019 et que j’ai terminé en janvier 2020.

Mon seul objectif était d’apprendre à mieux me connaître, à apprivoiser la solitude et à explorer les chemins sauvages de l’ouest américain.

La Californie était la première et la dernière étape, l’ouverture et la conclusion, la transition entre la douceur du sable chaud de Los Angeles et les sentiers glacés de Yosemite. C’est d’ailleurs ce qu’offre l’Etat en hiver : une possibilité de changer de saison selon votre humeur.

Voici mes moments forts en Californie.

Sequoia National Park

1 semaine après mon arrivée, je m’extirpe de la ville pour atteindre la fraicheur des bois.

Enfin, je respire. Je suis parmi les pins, à ma place, ici en forêt, là ou le vivant s’exprime dans chaque recoin, sous chaque pierre. C’est définitivement ici où je me sens le plus heureux.
Séquoia Park est magnifique. J’arrive dans la soirée, quelques instants avant que les derniers rayons du soleil ne frappent la vallée. Je me rends au seul campground d’ouvert et prends rapidement mon emplacement, 22 dollars la nuit. On doit être 5 à tout casser. Je suis de bonne humeur.
J’ouvre le coffre de la voiture puis installe mon campement à l’intérieur, qui se résume à un sac de couchage, un matelas gonflable et à un oreiller. Comme depuis le début du voyage, à 21H je dors et à 5h je suis debout.

sequoia national park

Le lendemain.

Je ne perds pas de temps, je prends mon sac, mes appareils photos, et je me lance sur les sentiers de Sequoia. Le temps est sec, le sentier est accessible, il dévale devant moi et mes jambes suivent le mouvement avec une aisance qui me surprend. Je crois que mon corps réclamait son du : une marche silencieuse sous la cime des pins. 
Voilà une belle journée qui s’annonce.

À mon retour, je prends un café à la boutique du coin. C’est le moment le plus important de la journée ! Je sers la tasse bouillante entre mes mains encore craquelantes avec le froid qui sévit dehors. Je laisse la chaleur du breuvage réconforter mon esprit, et je réfléchis à la suite.
Je partirai sur le trail de Giant Trees, sous les plus hauts Séquoias du monde.

Qu’ils sont beaux, purs, et éclatants de simplicité. Ils ont beau faire 20 fois ma taille, si ce n’est plus, ils m’apaisent. Malgré leur dominance, leur position de supériorité indéniable, ils savent me calmer rien que par leur présence. Un charisme fou que l’humanité n’aura jamais.
Je lis aussi beaucoup d’auteurs qui ont compris l’essentiel, leur vérité, ma vérité. Henry David Thoreau, Edward Abbey, je dévore leur livre, je creuse dans un segment de leur âme pour trouver des clefs à ma raison d’être. L’environnement joue certainement en cette faveur, je me sens inspiré par ces grands voyageurs.

sequoia national park
sequoia national park cerf
sequoia national park

Construction d’un igloo à Loon Lake

Sur le chemin du retour, je reçois un message privé d’un abonné Instagram. Paul, un expatrié français de Sacramento m’invite à boire une bière en ville avec ses ami.es. J’accepte immédiatement.
On passe un moment tous ensemble, Paul, ses 2 enfants, sa femme, Aurélie, et ses potes, Jérôme et Antoine. Voilà plusieurs jours que je passe mes journées seul, pourtant je dois dire que je reprends très vite la main. Au contraire : je suis plus à l’aise qu’auparavant avec les autres puisque j’ai commencé à me construire grâce à la solitude, à mener des travaux personnels, et surtout à les mener bien.
Jérôme m’héberge 2 nuits. On prends le temps de partager nos histoires de vie, nos peines, nos amours, nos joies, nos envies. Une rencontre que j’estime aussi vitale que ma solitude.

Je sers la main de Jérôme et je lui dis à dans 1 mois et demi. Ils m’ont invité à passer noël ensemble. C’est une générosité et un accueil d’or massif que nous avons là.

40 jours plus tard.

Je retrouve Jérôme et Paul avec une joie non dissimulée. Plusieurs semaines se sont écoulées depuis notre rencontre, et gravir tous ces raidillons seul m’a permis de construire intérieurement une envie folle de déballer mes anecdotes et de partager mes sentiments. Après un long séjour passé main dans la main avec la solitude, le contact humain redevient vital.

On ne perd pas de temps, l’appel de l’aventure sonne et résonne. Si bien que l’on prépare une expédition d’une journée et une nuit. Au programme : direction Loon Lake, on traversera ensuite le lac pour rejoindre une île située au milieu de l’étendue d’eau perchée à près de 2000 mètres d’altitude. Une tempête de neige pourrait se présenter dans la soirée ce qui rendrait chaque mouvement bien plus difficile. Croyez-le ou non, mais cela nous réjouit.
Quel est donc ce besoin maladif de mettre son corps et son mental à l’épreuve ? C’est absurde, personne ne souhaite se retrouver dans des positions aussi délicates, frigorifié, isolé et forcé à passer une nuit plus que désagréable. D’où vient ma pulsion sauvage à affronter les dangers, plus ou moins consciemment ? 
L’adrénaline ? Peut-être. 
Se sentir vivant ? certainement. 

Il est temps d’embarquer l’ensemble de l’équipement dans la carriole de Paul, craquante sous le poids de ce matériels démesurés. Si ça tenait qu’à moi, on partirait avec nos vêtements, le canoë, la nourriture, de quoi dormir et des pelles. Je n’aime pas m’encombrer, ce qui me vaut parfois de le regretter par temps enragé.

La tempête sévit dehors, les flocons de neige chutent si vite, en si grand nombre, qu’il devient difficile de tenir la route. Les profondeurs de la forêt disparaissent derrière cette invasion de cristaux blancs, et moi, je me tiens bien au chaud à l’intérieur de la voiture, presque terrifié à l’idée qu’une nuit de dur labeur nous attend. Il va falloir souffrir pour manger, se réchauffer et dormir. Pourtant, j’éprouve une fascination pour ce manteau qui s’épaissit à chaque instant. Il existe tant de formes différentes, suivant l’environnement, la température du sol, de l’air, de la lumière. Une fois installée, la constitution individuelle de la couche de neige engage sa propre évolution et au fil des jours, elle se transfigure, fond, se durcit, disparaît, réapparaît. Mais celle que j’aime le plus, c’est le premier dépôt. Le paysage devient parfait, lavant ses imperfections, cachant ses alluvions, dont les trésors ne se révéleront qu’à la fonte.

La tempête s’intensifie. La suite de l’histoire en vidéo :

Yosemite sous la glace

Malgré toutes ces expéditions glaciales, on ne s’arrête pas là.
Yosemite sera la conclusion, le dernier Trail, les dernières visions de la nature que je conserverai dans ma mémoire.

On file droit vers le Four Mile Trail, déjà effectué pour ma part il y a quelques semaines. Cette fois-ci, la neige a recouvert le sentier. Les flocons sont tombés en abondance, habillant les arbustes et les pins qui parsèment le sentier. Il fait si froid qu’ils sont devenus secs, cassants, comme figés sur l’extrémité des branches. Des flocons fossilisés. Sur le sol, la neige scintille comme un prisme traversé par la lumière bleue du soleil à son zénith. Seules les hauteurs de Yosemite profitent de cet éclat et rayonnent avec tant d’étincelles.
Nous grimpons très rapidement, mes jambes savent comment s’y faire après des semaines d’entrainement dans les stades enneigés du nord des USA. 
J’apprécie beaucoup la compagnie de Jérôme. On ouvre la bouche soit pour des propos philosophiques, soit pour des futilités, et on sait la garder fermer quand c’est nécessaire. Les silences sont agréables. C’est d’ailleurs la meilleure façon de savoir si vous êtes à l’aise avec quelqu’un : chercher le silence à deux ; si aucun malaise ne s’installe, c’est gagné.
On lâche nos derniers souffles sur les derniers mètres du chemin. Glacier Point se profil après le pinacle de la paroi. 
On prépare le thé en attendant que le soleil s’exile.
Je perçois toujours les derniers instants de la journée comme l’expression directe d’un artiste perché dans le ciel, terminant son oeuvre du jour. D’un point de vue scientifique c’est réellement le cas : le soleil tient une palette de couleurs appelée Arc-en-Ciel, et au fur et à mesure que les heures de la journée s’écoulent, il se retire doucement pour se tenir droit face à l’horizon. Un filtre épais est alors appliqué à sa lumière bleue. Cette couche d’air nuance les teintes et offre des visions poétiques tous les soirs quand le ciel est plus ou moins dégagé.
Half Dome, tranché de moitié par le geste de l’artiste, n’est que l’un des nombreux chefs-d’oeuvre de la nature sublimé chaque jour par le coucher, le lever de soleil, le crépuscule, l’aurore et l’aube.

yosemite glacier point
yosemite
view point yosemite

Rencontre avec un lynx

Le lendemain, on marche tranquillement en forêt, à l’affut mais sans réel but. Au détour d’un sentier, depuis les fourrés, l’animal surgit brusquement. Il est à moins de 10 mètres de nous et ne semble pas se soucier de notre présence. Nous a-t’il vu ? Son air nonchalant semble indiquer que non. On s’accroupit doucement pour se mettre au niveau de l’animal, il faut éviter de le perturber. Son regard est vif et tranchant, la lumière qui traverse la canopée perce son oeil flamboyant. C’est notre dernier instant à Yosemite, ma dernière journée en nature avant 2020 et c’est la plus belle des conclusions.

lynx à yosemite
lynx yosemite

Liens utiles :
https://www.yosemitethisyear.com/
 www.visitcalifornia.fr

Point sur location de la voiture :

Je fais peu de publicité sur mon blog et si j’en fait, c’est que je crois réellement en l’utilité de ce que je recommande. Je vous partage ici un bon plan road-trip que j’ai découvert il y a peu : SereniTrip. Alice et Alex, les co-fondateurs ont décidé, après de nombreuses péripéties en tour du monde, de créer une solution qui leur a manqué : une assurance efficace de location de voiture. Ils ont une formule annuelle plus qu’abordable qui permet de couvrir toutes vos locations de voiture pendant un an, dans le monde entier. Pour moi qui n’est pas de véhicule, c’est carrément un bon plan. Je vous le recommande ;-)
https://serenitrip.fr/

Poster un commentaire