Voyager en étant végétarien

J’ouvre une petite note sur un sujet qui me concerne et doit concerner certain(e)s d’entre vous : voyager en étant végétarien. Des craintes peuvent s’exprimer, notamment pour les personnes débutant leur nouveau régime alimentaire. La question « est-il facile de voyager tout en étant végétarien ? » est tout à fait légitime et je vous rapporte mon expérience sur le sujet.

Pour l’histoire, je suis devenu végétarien début 2016 et je l’ai fait par pure conviction. J’étais, et je le suis toujours, en colère contre cette société meurtrière qui s’autorise le droit de détruire des millions de vies animales chaque année dans le but d’assouvir la consommation de masse. Et aussi marre d’être impuissant face à la destruction de l’environnement engendrée par la sur-production. Bref, j’en ai terminé avec la viande et le poisson, et quelles que soient les circonstances, même en voyage, je resterai sur ma position.

Les mentalités ont changé

Dans votre quotidien, vous avez vos habitudes qui vous permettent de consommer aisément selon vos envies. En voyage, vous les perdez. La culture est différente, les traditions aussi et un sentiment de peur peut se créer. Ce saut vers l’inconnu mène souvent à des interrogations sur votre façon de manger à l’étranger.
Je peux déjà vous rassurer ici : les mentalités ont évolué et l’accès à la nourriture végétarienne s’est démocratisé.

Dans l’avion

L’avion est une étape importante du voyage et permet de se projeter dans votre périple pour partir du bon pied. Savoir qu’il est désormais tout à fait possible aujourd’hui de profiter du service à bord tout en ayant vos convictions alimentaires est rassurant.
Car oui, j’ai vraiment été agréablement surpris par le choix proposé à bord. Toutes les compagnies que j’ai pu emprunter jusque là proposaient au moins un plat végétarien. Je ne peux qu’applaudir l’effort.

Sur place

Sur place, les choses peuvent se compliquer. Suivant le pays que vous visitez, le folklore change. Dans certaines cultures, les traditions s’avèrent très importantes. La Norvège et ses poissons, l’Allemagne et sa charcuterie, le sushi au Japon, etc. Autant d’exemples qui illustrent les traditions culinaires très ancrées dans la population.
De prime abord, vous vous dites qu’il est difficile de se faire plaisir au restaurant. Mais d’expérience, l’ensemble des villes que j’ai visitées à l’étranger proposaient des restaurants avec au moins un plat sans viande et sans poisson. Evidemment, vous n’avez pas accès à toute la carte et vous devez faire une sélection des établissements, mais les professionnels se sont fortement adaptés à la demande et il est désormais simple de manger végétarien.
C’est un point important puisque vous avez le sentiment de ne pas être isolé et la confiance en vous, en vos convictions, s’affirment.
Dans le cas où aucun plat végétarien ne se présente, vous pouvez toujours demander de retirer l’ingrédient qui vous gêne.

voyager et être végétarien

APPRENEZ À CUISINER

Pour les petits budgets, voir même pour une question pratique, vous avez plutôt tendance à préparer vos propres repas. Le problème, c’est que les conditions en voyage vous obligent à vivre avec un confort réduit voir absent. Il faut donc apprendre à cuisiner et à connaître les produits pour s’alimenter correctement.
Etant un voyageur plutôt à « l’arrache » dans mon organisation, je me retrouve souvent sans programme. En général, je ne sais même pas où dormir le soir même. L’aventure pour moi c’est en partie ça, mais en tant que végétarien il faut savoir prendre quelques précautions. L’avantage, c’est que depuis mon passage vers le végétarisme, je me suis forgé un savoir sur les légumes, la cuisson, comment diversifier mes plats, etc. Cela m’aide à éviter les carences alimentaires. Si vous appliquez les règles essentielles pour garder une santé admirable dans votre quotidien, alors vous pouvez balayer immédiatement la peur qui vous guète avant le voyage.
Allez faire un tour sur le blog de Madame Aventure : la spécialiste culinaire du couple (Bien meilleure que moi ;-)).

Lors de mon road trip aux USA, j’ai passé 3 semaines à manger dans la nature, que ce soit sur un chemin de randonnée ou sur le bord de la route. Je devais prendre en compte les aliments qui se gardent au frais et ceux qui ne se conservent pas. Il était donc difficile de prévoir des courses pour la semaine, alors ça s’est fait au jour le jour. J’ai choisi quelques ingrédients pour un sandwich, une salade ou un wrap et c’était reparti. L’important c’est de varier les bons ingrédients.
Et puis, dans les supermarchés, vous avez l’embarras du choix. Même au fin fond d’une campagne, isolé au milieu des champs, vous pouvez vous fournir en légumes, laitages, féculents et légumineuses.
Bon, les repas froids deviennent souvent le quotidien alimentaire lors d’un road trip. Pour palier à ce problème, prévoyez le réchaud. Simplement la meilleure solution pour se faire à peu près tous les plats souhaités, dans n’importe quelles conditions.

LES CONVICTIONS AVANT TOUT

Malgré ce que je viens de dire, des exceptions persistes. Vous pouvez tout à fait vous perdre dans un village reculé, proposant 1 ou 2 restaurants maximum sans aucun plat végétarien à proposer. Et qui plus est, n’acceptent pas de vous servir un plat hors de leur carte. Dans ces moments-là, je sais qu’il peut s’avérer difficile de refuser de manger. Mais retenez ceci : vos convictions sont bien plus importantes.

Si vous avez choisi d’être végétarien c’est parce que vous êtes convaincu du bienfait de cette alimentation. Alors il serait dommage de gâcher cette valeur si noble pour une question de choix. Parce que oui, vous avez vraiment le choix. Il y a toujours un moyen de substitué la viande. Peut-être allez-vous devoir vous priver de quelques portions, malgré votre irrésistible envie de profiter d’un bon repas après une journée épuisante. Sachez simplement que votre mental doit alors garder le cap pour ne pas céder. Vous en serez fier, croyez-moi !

ET DANS LE CAS OÙ VOUS N’AVEZ PAS LE CHOIX ?

Ces cas sont vraiment rares, mais peuvent exister. La question est donc légitime.
Imaginons : vous êtes épuisé après un long périple à pied, vous mourrez de faim, et la seule façon de récupérer de l’énergie est de manger – car la question de la santé est primordiale – et que vous vous retrouvez chez des hôtes qui ont une tradition culinaire qu’ils souhaitent vraiment partager avec vous. Bien sûr, le plat proposé contient de la viande. Avez-vous le choix ? Moi je pense que oui. À part si votre vie en dépend, mais pour le coup, votre situation est exceptionnelle et je suis désolé que vous en êtes arrivé là. Sinon, vous pouvez toujours refuser et choisir les ingrédients restant. Vraiment, balayez vos inquiétudes. Tout est une question de choix et de convictions.

Près d’1 an et demi de végétarisme plus tard. J’affirme que voyager et garder ses convictions est possible et surtout facile. Les choix sont nombreux et rien ne vous freinera dans votre périple. Les sociétés vous acceptent, vous respectent de plus en plus, alors gardez vos valeurs. Votre choix de vie est honorable.

Et vous, quelle est votre expérience sur le sujet ?

Découvrez d’autres article de voyage sur mon blog.

4 Comments

Poster un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :