ROAD TRIP USA PART. 2 • CANYONS & FAR WEST

La première partie du road trip USA s’est achevée sur l’exploration de Red Rock Canyon. Une randonnée à travers la roche rouge marquée par un soleil de plomb au meilleur de sa forme.
Nous voilà de retour pour la suite du voyage. Il est midi et notre prochaine destination sera la ville de la démesure, de l’extravagance, du kitch, j’ai nommé bien sûr…

 

LAS VEGAS

Las Vegas

Le but en arrivant c’est de trouver rapidement un camping où poser la voiture afin de profiter de la ville en soirée et sans devoir se dépatouiller au dernier moment. Premier problème : il n’est pas légal de dormir dans sa voiture à Las Vegas. Second problème : les motels sont hors de prix. La solution : Air BNB. Pourtant évidente, cette solution nous apparaît qu’au dernier moment, après avoir rayé de notre liste toutes les autres possibilités. Par chance, on trouve un logement à quelques minutes du Strip – la rue où tout se passe – pour à peine 30 dollars chacun. C’était définitivement le choix que l’on aurait du faire depuis le début et qui nous aurait évité de perdre de précieuses heures.
Une bonne douche plus tard, nous décollons de l’appart vers 19h pour s’aventurer dans la jungle luxuriante du Strip ; le boulevard le plus célèbre de Las Vegas qui apporte son lot gigantesque de casinos et d’hôtels célèbres. The Mirage ou Caesar Palace pour ne citer qu’eux.

Les touristes affluent, logique, mais la démesure et le goût très prononcé pour le kitch nous laisse abasourdi. Impossible de traverser une rue sans sillonner un casino, impossible de ne pas se laisser distraire par les nombreuses attractions visuelles gonflées aux néons fluorescents, impossible de ne pas croiser des personnages tous autant plus folkloriques les uns des autres. Las Vegas c’est de l’extravagance incommensurable. D’autant plus que la ville s’est permise de reproduire en grandeur nature quelques villes : Paris, New York ou encore Venise.

Casino à Las Vegas

Casino Las Vegas

Casino à Las Vegas
Je trouve ça amusant, mais une soirée nous suffit. La fatigue se fait bien trop ressentir vers 23h, on décide alors de rebrousser le chemin pour commander un Uber. Malgré un bon sens de l’orientation, je me trompe de chemin, ce qui nous fait faire un joli détour de près d’1h pour atteindre le studio.

 

SUR LA ROUTE 66

route 66

De nouveau sur l’asphalte après une excellente nuit au frais, notre prochain stop n’est ni plus ni moins que le grand, le bellissime, l’étonnant, l’élégant, le sensationnel, le majestueux GRAND CANYON. Quelques heures de route séparent la cité du vice et le parc national, mais notre trajectoire va dévier pour emprunter la mythique route 66.
Sur 144km nous arpentons un bout de l’itinéraire qui sent bon la liberté et c’est l’occasion pour nous de s’arrêter sur une parcelle de la route, à Seligman, là où les bikers semblent se réunir. Si je devais décrire l’ambiance de cette portion en un film, ce serait inévitablement Easy Rider.

Route 66

Route 66

Route 66

Route 66

Les paysages continuent de se transformer au fil des miles. Il m’a suffit d’une sieste de 30 minutes pour que les plaines désertiques soient remplacées par des forêts de sapins. Melvin subit la monotonie de la route mais bien heureusement le dépaysement garde en éveille ses sens. Et puis, que serait un road trip USA sans ses longues et interminables routes ?

chemin de fer USA

désert américain

 

LE GRAND CANYON

En fin d’après-midi, nous entrons dans le parc national du Grand Canyon. Pass en main, nous saluons le ranger puis continuons encore quelques miles avant de trouver le parking.
Pour tout vous dire, j’en attendais pas grand chose du Grand Canyon. Trop connu, trop touristique, vu trop de fois en photo sur le web… Et pourtant. Et pourtant…  Jamais je n’aurais imaginé prendre une telle claque face à mère nature.

Grand Canyon national parkPresque ému, la faille du Grand Canyon m’offre le spectacle naturel le plus intense de toute ma vie. L’étendue face à mes yeux ébahis est surréaliste tant son immensité et sa beauté m’éclate à la figure. Je suis scotché.
Nos aventures au bord du précipice nous donne quelques frayeurs mais qu’importe. Son exploration est fascinante. On restera jusqu’au soir pour admirer les couleurs changeantes au fil de la lente descente du soleil vers son sommeil.

le Grand Canyon

le Grand Canyon

19h, la nuit tombe. On est refoulés des campings du coin mais heureusement pour nous des espaces forestiers gouvernementaux existent dans le parc. Ces lieux autorisent les voyageurs à y poser leurs valises de manière rudimentaire pour quelques jours. Nous concernant, la nuitée se passera en pleine forêt, dans la voiture. Et elle sera très froide. Ouch.

Au petit matin on part en randonnée. La veille, on avait repéré un sentier en lasso qui se jetait dans le fond du canyon. Et comme on avait très envie d’explorer le coeur de la faille, on a pas hésité 1 seconde.
La fraîcheur des premières lueurs de la journée nous donne de la motivation pour ce trail. Toute la première partie est plutôt simple puisque ça consiste à dévaler la falaise. L’inquiétude survient lorsqu’au bout de 2h de descente ardue on jette un oeil par dessus nos épaules pour apercevoir la monstrueuse montée qui nous attend au retour. Les visages serrés et fatigués des randonneurs ne fait qu’amplifier notre effroi.

Qu’importe, la randonnée persiste jusqu’au coeur battant du Grand Canyon. Et elle est rude. Très rude. La chaleur crève le ciel et nous assaille de ses rayons ravageurs. Notre marche lourde sur la terre décharnée exprime la difficulté de nos corps à avancer.

Le bout du trail s’arrête à Plateau Point, un point de vue situé au bord d’une falaise faisant face au Colorado. Le trail nous a emmené déjà très bas par rapport au niveau de la surface de la terre et pourtant on est encore très haut. La rivière semble être à des kilomètres en dessous de nous.

colorado au Grand Canyon

colorado au Grand Canyon

On souffle pour laisser reposer nos muscles avant de les faire souffrir à nouveau.  Nos pauvres jambes à qui nous allons faire subir une pente en serpent tellement inclinée que l’on pourrait le faire à 4 pattes (j’exagère à peine !).
Sur ce retour tant redouté, j’ai le sentiment que plus on marche, plus le chemin s’allonge. Malgré tout, après de longues heures et quelques dizaines de litres d’eau ingurgités, nous y parvenons ! Le retour aura été ponctué de nombreux arrêts à l’ombre. Seul moyen de réussir et de rester en vie…
À ce stade de la journée, je n’ai plus qu’une envie : enlever ces satanées chaussures pesant 3 tonnes chacune et m’allonger. Le trail n’était pas une partie de plaisir mais le sentiment d’accomplissement est réconfortant.
Flagstaff sera notre stop pour la nuit. On passera la nuit dans un un charmant camping perché au milieu d’un bois.

 

SUR LES TRACES DES AMÉRINDIENS

Monument Valley

Selon moi, l’ouest américain possède un emblème : Monument Valley. Ce parc national a été le théâtre de tellement de westerns qu’il en est devenu l’icône ultime du Far West.
Après avoir sorti un billet de 20 dollars, nous voilà dans le parc. Accessible seulement en voiture via un circuit prédéfini pour les (nombreux) touristes, on se lance sur le chemin.
La terre rouge s’imprègne sur nos vêtements et ne les quittera presque jamais du voyage.

Monument Valley

Monument Valley

Monument Valley

Monument Valley

Etant bretons d’origine, on a pris un beau plaisir à se mettre en scène avec le drapeau de notre tendre et chère région.

Monument Valley

Monument Valley

Monument Valley m’émeut. Ces terres et ces roches nous font vraiment ressentir la profonde âme de l’ouest et l’esprit des amérindiens.
Le soir, on quitte les réserves indiennes pour Page. Une ville située au bord du lac Powell dans laquelle on s’arrêtera pour y passer la nuit. Par chance, le camping du coin propose une piscine. Rafraîchissant.

 

DE PAGE À BRYCE CANYON

Entre Page et notre prochain Parc National, Bryce Canyon, il y a Horseshoe Bend. Ce sera l’occasion pour nous de s’arrêter et se poser au bord du vide pour le bien de l’objectif.
Vu, revu et re-revu sur Instagram, le Canyon reste un spectacle impressionnant. Le lasso formé par le Colorado autour de ce caillou est sublime et me surprend.

Horseshoe Bend

À nouveau sur la route, l’Utah se dessine puis Bryce Canyon se dévoile en milieu de journée. Considéré comme l’un des plus beaux parcs nationaux des Etats-Unis, le Canyon se situe dans l’Utah et expose de magnifiques roches élevées telles des piquets plantées dans la vallée. Un petit trail permet d’entrer dans l’esprit chauffant et rocheux de Bryce et donne un nouveau regard sur le canyon. Le voir de l’intérieur est fascinant tant la roche joue avec des formes extravagantes et presque enivrantes.

Bryce canyon

On profite des lueurs du soir pour admirer le tableau.

Bryce Canyon

Bryce Canyon

 

ZION NATIONAL PARK

Le parc national Zion est situé à seulement quelques heures de Bryce. Très réputé pour ses grandes randonnées, Zion, semble plus vert et plus humide. La chaleur et l’aridité du désert commence à m’épuiser, et n’étant pas habitué à de telle condition j’exprime une joie non dissimulée.
La route d’un rouge éclatant passant au travers du parc est sublime. Arrivés sur place, on laisse la voiture sur le bord de la route pour prendre un bus direction l’Angels Landing Trail. La randonnée sera la plus effrayante de ce voyage.

Zion national park

Le chemin débute par une pente en lasso, presque aussi raide que celle du Grand Canyon, mais bien plus courte. 1H30 de marche est nécessaire pour atteindre le point le plus intéressant du trail : un chemin escarpé sur le dos d’une mince crête filant vers le point culminant du Zion. Autant dire que si vous avez le vertige, je vous déconseille fortement de tenter l’Angels Landing. Au pied de la crête, un panneau indique que le trail a fait perdre la vie à une petite dizaine de personnes depuis 2004. Flippant.
Les frayeurs s’accumulent, mais on prend un malin plaisir à escalader, enjamber et contourner les nombreux obstacles parsemant l’étroit sentier. Au sommet, la vue est dingue. Tout simplement.

Zion National Park

Zion National Park

Le redescende se fait en douceur. Avant de reprendre le bus, je me jète dans la rivière située en contre-bas. Certainement la meilleure récompense.

La dernière partie du road trip USA arrivera prochainement. Nous quitterons les canyons et déserts pour s’aventurer dans les forêts de Sequoia Park et les montagnes de Yosemite. L’aventure se terminera par la visite de San Francisco et un retour via la Pacific Coast Highway.
See ya’

 

 

3 Comments

  • Pauline

    Quelle bonne idée, en cette fin de journée hivernale & enneigée, que de venir un peu voyager par ici :)
    Le Grand Canyon, tant pis, je prend le risque de l’affirmer : impossible d’être déçu. Tellement immense, grandiose. L’œil peine à se trouver un repère tant les possibilités sont énormes. Que dire de Monument Valley, Peut être rien. Le lieu impose un silence. Je suis amoureuse de cet endroit, quelque chose se passe ici ❤

    • hugolebeller

      On se sent minuscule face à cette immensité… Je rêve d’y retourner. Tellement unique.

Poster un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :